Un collège de Saint-Denis interdit le port de claquettes-chaussettes en classe

Source Le Figaro.fr Etudiant, par Sophie de Tarlé • Publié le 07/09/2022 à 16:21

https://etudiant.lefigaro.fr/article/un-college-de-saint-denis-interdit-le-port-de-claquettes-chaussettes-en-classe_c6216636-2eae-11ed-a271-8485de0ab78c/


Au collège Elsa-Triolet à Saint-Denis, certains élèves sont venus en claquettes-chaussettes pour la rentrée. Une mode qui n’a pas plu à la direction de l’établissement.


Il va falloir un vigile à l’entrée de tous les établissements scolaires pour vérifier la tenue des élèves. Après les crop-tops, les mini-jupes, les jeans déchirés, cette fois c’est la mode des claquettes de piscine associées aux chaussettes blanches qui s’attire les foudres des établissements scolaires. Une mode un brin décontractée qui n’a pas sa place au collège. C’est ce que pensent certains établissements, dont le collège Elsa-Triolet à Saint-Denis dans le nord de Paris. Un laisser-aller qui a déplu à la directement de cet établissement public, qui s’est empressée de l’interdire comme le rapporte le quotidien le Parisien . Il est vrai que cette mode, qui peut paraître invraisemblable tant elle est associée aux touristes allemands, a de quoi surprendre les adultes. Mais les jeunes en raffolent et ont du mal à laisser leurs chaussures préférées à la maison au moment d’aller à l’école. Surtout quand les basketteurs américains en portent après leurs entraînements et des rappeurs comme Alrima et son titre devenu célèbre, Claquettes chaussettes qui a obtenu sur Youtube plus de 22 millions de vues.


Des raisons de sécurité


Un établissement scolaire a t-il le droit d’interdire les claquettes-chaussettes? Et pour quelles raisons? Le Parisien rappelle que dans le cas de ce collège, il s’agissait de raisons de sécurité, «dans les cours où les élèves sont amenés à manipuler des produits chimiques», rapporte un enseignant interrogé par le journaliste. Mais la plupart du temps, il s’agit surtout d’avoir une «tenue décente» mentionnée dans le règlement intérieur, et qu’il est toujours difficile à évaluer, tant la mode change. En 2020, Jean-Michel Blanquer avait déclaré que les élèves devaient venir à l’école de «façon républicaine». Ce qui avait déchaîné les passions sur les réseaux sociaux.


Un cadre juridique assez flou sur les «tenues correctes»


Chaque année, aux beaux jours, des tensions surgissent autour de la définition de ce qui est jugé comme une «tenue scolaire correcte». Le 11 mai 2022, un jeune de Saint-Omer (Pas de Calais) avait fait parler de lui en venant le jour du bac vêtu d’un mini-short, de collants résille troués et d’un crop-top. L’élève avait été menacé d’un conseil de discipline.

«Le cadre juridique sur les “tenues correctes” reste assez flou», répond Valérie Piau, avocate de l’éducation et auteur du Guide Piau: les droits des élèves et des parents d’élèves (éd. L’Étudiant). «La loi n’interdit que le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse, ainsi que tout vêtement recouvrant le visage. La notion de “tenue correcte” est définie par les directeurs d’établissements, qui peuvent détailler les interdictions dans leur règlement intérieur. Néanmoins, ils ne décident jamais seuls: la rédaction du règlement est réalisée par un conseil d’administration composé à la fois par la direction, les enseignants, les personnels, les élèves et les parents d’élèves.»