Revue de presse du Cabinet Piau

REVUE DE PRESSE

Bac 2019 : 5 questions sur le casse-tête de la publication des résultats, alors que des enseignants correcteurs sont en grève

La grève de certains enseignants empêchera-t-elle la publication des résultats du bac 2019, vendredi 5 juillet ? Après s'en être inquiété, le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a finalement annoncé, mercredi, que "tous les élèves auront leurs notes". En réaction au mouvement de grève des professeurs correcteurs, Jean-Michel Blanquer a annoncé que les notes manquantes seront remplacées par "la note moyenne dans la discipline concernée au cours de l'année".

Autrement dit, les résultats du contrôle continu de l'élève seront utilisés pour assurer le rendu des notes. Une fois que la "vraie" note obtenue par l'élève lors de l'examen sera connue, la meilleure des deux sera conservée. Cette procédure d'urgence a été mise en place pour que les 740 000 candidats aient leurs résultats vendredi, comme prévu. Jeudi en fin d'après-midi, Jean-Michel Blanquer a indiqué que "30 000 copies sur 4 millions" étaient concernées.

> Lire la suite de l'article

Par Madame GUERITHAULT,   franceinfo du 04/07/2019

Harcèlement scolaire : en 2019, on meurt encore d’être un élève isolé et moqué

À l’âge de l’insouciance et de tous les possibles, Evaëlle, 11 ans, a préféré mourir. Pour échapper à des harceleurs, un groupe d’élèves de sa classe. Il est temps de dire stop à ce phénomène.

Le 21 juin, à trois semaines des grandes vacances, une adolescente de 11 ans, harcelée depuis des mois dans son établissement d'Herblay (Val-d'Oise), s'est donné la mort chez elle. Et c'est comme si l'histoire, insoutenable, se répétait. Il y a six ans, c'est Marion Fraisse, 13 ans, qui se pendait dans sa chambre en laissant une lettre racontant son calvaire au collège de Briis-sous-Forges (Essonne).

Récemment, il y a eu aussi le suicide de Thybault, 12 ans, chez lui à Saintry-sur-Seine (Essonne), le 20 novembre 2018. Harcelé. Et cette autre enfant de 11 ans, à Angers, qui s'est jetée par la fenêtre du deuxième étage de l'appartement familial, le 13 juin. Blessée après son geste, elle a été transférée à l'hôpital...

>> Lire la suite de l'article sur le site leparisien.fr

>> Lire la suite de l'article au format PDF

Le Parisien en date du  02.07.2019 par Christel Brigaudeau

Grève pour le climat : le vrai / faux sur tes droits

Le 24 mai, c’est la grève mondiale pour le climat. Mais sais-tu quels sont tes droits et tes obligations vis-à-vis du collège si tu décidais de faire grève ? Réponses avec l’avocate Valérie Piau, spécialiste du droit de l’éducation.

1. J’ai le droit de faire grève. Faux

Le droit de grève est un droit constitutionnel réservé aux travailleurs. Les collégiens ne sont pas des travailleurs, ils n’ont donc pas le droit de grève. Au collège, seuls le personnel et les enseignants ont le droit de faire grève...

>> Lire la suite de l'article

par Alexandra Da Rocha « le Monde des ados »

Mon fils s’est blessé en cours de sport à l’école

Mon fils de 12 ans s’est gravement blessé à l’école pendant le cours de sport. Le professeur d’éducation physique leur faisait faire des exercices de cirque par petits groupes.

Mon fils devait monter sur les épaules d’un camarade et se tenir debout. À ce moment, le professeur se trouvait à l’autre bout de la salle. Une fois debout sur les épaules de son camarade, mon fils a perdu l’équilibre et est tombé sur le dos.

Comme il ne pouvait plus bouger, l’école a appelé le Samu qui l’a emmené à l’hôpital.

Résultat : il a l’épaule en miettes, il est plâtré au niveau du torse et du bras jusqu’au cou et il devra, une fois le plâtre enlevé, faire de la  rééducation pendant de longues semaines. Nous considérons que le professeur a été plus que négligent.

Pouvons-nous mettre en jeu sa responsabilité et comment?

>> Lire la suite de l'article

par Diane De TUGNY le Particulier N°158 juin 2019

Tracts syndicaux à l’école : jusqu’où les enseignants ont-ils le droit d’aller

Une députée a retrouvé un tract syndical contre le projet de loi Blanquer dans les pages du carnet de liaisons de ses enfants et s’en est indignée.

C’est une simple lettre, un banal courrier syndical, qui appelle à la défense « d’une école publique de qualité ». Rien d’exceptionnel jusque-là, sauf qu’elle a été découverte entre les pages du cahier de correspondance de ses filles par la députée LREM de l’Ain Olga Givernet, qui s’en est émue.

Selon elle, cette feuille collée dans ce petit carnet, qui assure la liaison parent-enseignant, « bafoue le devoir de neutralité » que les enseignants doivent appliquer. Le tract en question ne portait aucun logo syndical mais correspond à ceux diffusés auprès des enseignants par l’antenne de l’Ain du SNUipp-FSU, le syndicat majoritaire dans la profession...

>> Lire la suite de l'article

par Zoé Lauwereys, le Parisien le 10 avril 2019.

>> Lire l'article au format PDF

Je vais porter plainte : quand les parents menacent les enseignants

Le récent suicide d’un professeur, accusé de violences par une mère d’élève, émeut la communauté éducative et traduit une dégradation des relations avec certains parents.

Dimanche, près de 2 000 personnes ont marché dans les rues d’Eaubonne (Val-d’Oise) où Jean Willot, enseignant de 57 ans, s’est donné la mort mi-mars après avoir appris qu’une plainte était déposée contre lui pour violences aggravées sur un enfant.

>> Lire la suite

par Isabelle Tourné, SudOuest.fr du 03.04.2019 avec AFP

Séance de dédicace de Maître Piau au Salon de l’Etudiant le samedi 16 février 2019

Maître Valérie Piau sera présente au Salon de l'Etudiant de Paris pour une séance de dédicace le samedi 16 février 2019 de 11h30 à 12h30.

LE LIEU : Salon de l'Etudiant de Paris
VIPARIS
PORTE DE VERSAILLES
Pavillon 2/1
1, place de la Porte de Versailles
75015 PARIS

Plus d'infos ici : https://www.letudiant.fr/etudes/salons/salon-letudiant-paris.html

Numéro de stand de la librairie (au centre du salon) : G80

PEEP « La lettre aux parents de lycéens », n° 13 Septembre–Octobre 2018 « le livre du mois : le guide PIAU, les droits des élèves et des parents d’élèves chez l’étudiant »

Maître Valérie Piau, avocate en droit de l’éducation, a choisi
d’écrire ce guide afin de donner aux parents un accès à une
meilleure information leur permettant de mieux suivre la
scolarité de leur enfant. Elle leur donne quelques clés pour
intervenir notamment en cas de professeurs absents ou pour
l’orientation.

>> L'article en ligne

PEEP "La lettre aux parents de lycéens", n°13 Septembre–Octobre 2018 "le livre du mois : le guide PIAU, les droits des élèves et des parents d'élèves chez l'étudiant"

Jogging, coloration, piercing… que peuvent interdire les établissements scolaires ?

Un collège privé du Val-de-Marne défend à ses élèves depuis ce lundi de se teindre les cheveux… et il en a parfaitement le droit. Explication.

Tenue correcte exigée. La mention n’est pas réservée aux cartons d’invitation des soirées chics, mais s’applique aussi à l’école. La plupart des établissements se contentent de cette mention dans leur règlement intérieur, sans autre précision sur ce que les élèves ont le droit de porter ou d’arborer, une fois la grille passée.

>> Lire la suite

par Romain Baheux, LE PARISIEN du 07 janvier 2019

Quelle liberté d’expression des profs sur les réseaux sociaux ?

Il faut se méfier de celles et ceux qui voudraient nous faire croire que les profs ne sont pas censés avoir d'opinion sur ce qui se passe dans l'Education Nationale.

Peut-on tout dire se son métier et de sa vie professionnelle? Peut-on critiquer publiquement son employeur? Et qu'en est-il si ce dernier n'est autre que l'Education Nationale et que vous appartenez aux quelques 881.400 profs qui la composent? Pour suivre beaucoup de comptes d'enseignantes et enseignants sur les réseaux sociaux, je constate qu'ils sont nombreux à ne pas s'en priver. Certains parlent des élèves, parfois pour les juger et en dire du mal - ce qui peut interroger sur leur manque de bienveillance - mais la plupart s'en prennent plutôt à leur hiérarchie ou carrément à l'institution qui les emploie.

>> Lire la suite

par Louise TOURRET, SLATE du 20.11.2018

Le devoir de réserve restreint-il la liberté d’expression des enseignants ?

Le rappel à l'ordre d'une enseignante dijonnaise par son rectorat en vertu du devoir de réserve suscite une levée de boucliers dans la profession.

D'où vient le devoir de réserve et comment s'applique-t-il?

Les enseignants peuvent-ils tout dire ? Sur Twitter, certains d'entre eux revendiquent la liberté d'exprimer leurs critiques à l'égard du gouvernement et de l'éducation nationale...

>> Lire la suite

par Pauline VERGE, le Figaro Etudiant du 26.12.2018

Victimes de harcèlement et privés d’école

Certains enfants qui subissent moqueries ou agressions en classe développent une phobie scolaire.
S’impose alors l’enseignement à la maison, au grand désarroi de leurs parents.

ÉDUCATION Harcelés, puis déscolarisés pour cause de phobie scolaire. Pour ces enfants, c’est la double peine. Trop petits, trop gros, trop intellos, et surtout trop différents pour un univers scolaire et social ultranormé, ils ont été, souvent depuis l’école primaire, les souffre-douleur d’un groupe d’élèves et parfois, aussi, d’un enseignant. Dans leurs témoignages, les troubles autistiques et la précocité sont régulièrement évoqués. Le déroulé, lui, est le même.

Au fil des années, l’école, sourde à leurs souffrances, est devenue un calvaire. Jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus y mettre les pieds. Alors que se tient ce 8 novembre la journée de lutte contre le harcèlement scolaire, une priorité du ministre de l’Éducation, ces enfants et
leurs familles, mis au ban de l’école, témoignent.

>> Lire la suite

Le Figaro du 8 novembre 2018 par Caroline Beyer

Pour Maître Valérie Piau, avocate en droit de l’éducation, le droit protège les enseignants

La violence en milieu scolaire n'est pas nouvelle. Mais le succès du hashtag #PasDeVague sur Twitter la propulse au coeur du débat.

Si les professeurs condamnent un manque de soutien de leur hiérarchie, Me Piau, avocate en droit de l'éducation, rappelle qu'il existe pourtant un arsenal judiciaire conséquent pour protéger le corps enseignant ...

>> Lire la Suite

Par Camille LECUIT, Le Figaro du 23 octobre 2018

Portable à l’école : le Ministère met la pression sur les récalcitrants

Le ministère de l’Education nationale va rappeler à l’ordre les établissements scolaires qui laissent les téléphones être utilisés dans leur enceinte.

Votre enfant a encore le droit d’utiliser son portable dans la cour de son collège ? Ça ne devrait pas durer. Le ministère de l’Education nationale tient à faire appliquer la loi sur l’interdiction du téléphone à l’école, votée cet été, et va adresser une note pour mettre la pression aux établissements scolaires qui laissent leurs élèves dégainer leur smartphone à la récréation.

Le coup de pression fait écho à la déclaration du ministre, Jean-Michel Blanquer, au micro de France Inter il y a une semaine. « Il faut évidemment faire appliquer cette mesure. Ce sera contrôlé et j’en appelle aussi aux familles, c’est une question d’intérêt général », a-t-il martelé.

Lire la suite de l'article

Le Parisien du 24 septembre 2018 Par Romain BAHEUX

Sexisme à l’école, silence dans les rangs

Partout, dans les établissements scolaires, les filles sont victimes de violences sexistes. Dans un mutisme assourdissant.

Une ado de 15 ans plaquée contre le mur des toilettes du lycée professionnel Gallieni de Toulouse et victime d'attouchements de la part de trois agresseurs. Des élèves de terminale du lycée Camille Pissarro de Pontoise (Val d'Oise) qui, parce qu'elles seraient trop court-vêtues, doivent affronter des camarades masculins hilares, mimant des actes pornos et les injuriant sans retenue - "sale pute", "gros cul", "t'es bonne"...

Lire la suite

L'Express du 7 mai 2018 par Amandine HIROU

Portable à l’école : le vrai–faux de l’interdiction

La loi votée cet été, qui interdit l’utilisation des téléphones dans les écoles et collèges, a drainé quelques fantasmes. Décryptage.

Votre ado vous explique que les profs n’ont pas le droit de lui prendre son portable ? Vous avez lu que les enseignants n’avaient plus le droit d’avoir un téléphone sur eux en classe ? On vous aide à démêler le vrai du faux autour de la loi, entrée en vigueur à la rentrée...

Lire la suite

Le Parisien 17 septembre 2018 Par Romain BAHEUX

Rentrée scolaire : comment faire en sorte que mon enfant change de classe?

La règle est simple: tout changement est soumis à la bonne volonté du chef d'établissement. Mais certains arguments sont cependant plus solides que d'autres.

Les cartes ont été battues et votre enfant se retrouve dans une classe où il ne connaît personne. Ou avec ce professeur qui l'a pris en grippe les années précédentes. Que faire? Comment lui donner les meilleures chances en l'aidant à changer de classe? Les solutions ne sont pas pléthore. Tout dépend en réalité du bon vouloir du chef d'établissement. C'est lui le maître à bord.

Avant de faire un tour d'horizon des arguments pouvant d'obtenir gain de cause, il serait malhonnête de ne pas vous avertir de ceux qui n'auront sans doute pas l'effet escompter. Ainsi faire valoir la présence d'un copain, d'une copine dans une autre classe laissera sans doute le chef d'établissement circonspect. De même, la critique portée à l'égard d'un enseignant pourrait être mal perçue et s'avérer contre-productive...

>> Lire la suite (web)

>> Lire la suite (PDF)

BFM télé du 4 septembre 2018 par DN

10 questions que vous n’osez pas poser sur la rentrée scolaire

A quelques jours du retour sur les bancs de l’école, Le Parisien répond à vos interrogations de dernière minute.

Lundi, 12,4 millions d’élèves reprennent le chemin des salles de classe. Quelque chose vous tracasse à la veille de la rentrée scolaire ? Pas de panique, un chef d’établissement, deux enseignants et une avocate répondent à vos interrogations de dernière minute...

>> Lire la suite

LE PARISIEN du 31 août 2018 - Christel BRIGAUDEAU

L’orientation scolaire est une grande source de conflit entre les parents et les profs

Avocate spécialisée depuis plus de quinze ans dans le droit de l’éducation, Valérie Piau nous explique aujourd'hui en quoi l'orientation scolaire est une source de conflit entre les parents et les enseignants.


Comment naissent les conflits entre les familles et l’Education nationale ?


VALÉRIE PIAU. C’est quand les parents ont l’impression d’une injustice que le ton monte, entre eux et les enseignants ou les chefs d’établissements. Dans mon cabinet, je reçois des gens qui ont le sentiment de n’être pas écoutés, ou qui pensent que l’école n’agit pas, ou plus, pour le bien de leur enfant. Ils ont tous en commun la crainte que la scolarité de leur fils ou de leur fille soit en péril.


Quels sujets cristallisent le plus les tensions ?

VALÉRIE PIAU. Ceux qui poussent la porte de mon cabinet d’avocat ne viennent pas pour une simple mauvaise note. En général, ils se sentent vraiment en détresse. La question de l’orientation scolaire (en fin de 3e ou de Seconde, NDLR) est une grande source de conflits, de même que l’absence de réaction de l’établissement scolaire dans les cas de harcèlement entre élèves. D’autres me saisissent quand ils ne parviennent pas à obtenir les aménagements de scolarité nécessaires pour leur enfant en situation de handicap, ou quand leur ado se voit refuser une réinscription au lycée après un échec au bac.

Y a-t-il des parents qui exagèrent, ou exigent trop de l’école ?

VALÉRIE PIAU. Oui, comme dans tous les domaines. Certains sont dans la surprotection et auront tendance à se plaindre de toute sanction. Mais, la plupart du temps, leur démarche n’est pas belliqueuse : il s’agit moins pour eux de régler son compte à l’Education nationale que de trouver, le plus vite possible, la solution à un problème qui touche directement leur enfant. C’est le cas notamment quand les parents se mobilisent pour obtenir un remplaçant, en cas d’absence prolongée d’un professeur ou de poste vacant dans une école.

À votre avis, qu’est ce qui pourrait aider à déminer les conflits entre les parents et l’école ?

VALÉRIE PIAU. L’information des familles. Comme il y a un Code de la route, il existe un Code de l’éducation, mais beaucoup de gens l’ignorent totalement. Or, un cadre qui pose ce qui est autorisé ou pas aide à pacifier les relations. Sinon, les familles peuvent avoir le sentiment d’être soumises au règne de l’arbitraire.

>> Lire la suite

* « Le guide Piau. Les droits des élèves et des parents d’élèves », Valérie Piau, éditions de l’Etudiant, 22 €.

LE PARISIEN - Publié le 29/08/018 par Christel Brigaudeau