«Jeu de l’olive»: Comment éduquer les ados à respecter le corps de l’autre?

VIOLENCE A L’ECOLE Un adolescent de 18 ans a été condamné à 35 heures de travaux d’intérêt général après avoir mis une « olive » à un camarade…

  • Un adolescent de 18 ans a été condamné à 35 heures de travaux d’intérêt général après avoir mis une « olive » à un camarade.
  • Cette pratique consiste à mettre un doigt dans les fesses d’un camarade par-dessus ses vêtements.
  • Pour l’adolescent condamné, son geste n’était qu’une « taquinerie ».
  • Une absence de prise de conscience assez généralisée chez les adolescents et qui pose la question des méthodes de prévention à mettre en place pour leur apprendre à respecter l’intégrité de leurs camarades.

> Lire la suite de l’article sur 20 Minutes

Journal 20 Minutes – Anissa Boumediene

À l’école, le poison du cyberharcèlement sexuel

Les filles sont davantage insultées en ligne au sujet de leur apparence physique et font plus l’objet de rumeurs et de «sextos».

«Revenge porn», «sexting», «slutshaming» (1). Des mots venus du monde anglo-saxon pour décrire ce harcèlement sexuel et sexiste qui sévit sur Internet, ce grand lieu de sociabilité des ados. Alors que le hashtag #balancetonporc a marqué les esprits, la troisième journée nationale «Non au harcèlement», organisée ce 9 novembre par l’Éducation nationale, tournera largement autour du «cyberharcèlement». Or sur la Toile comme dans la vie réelle, les filles en sont davantage victimes (2).

>> Lire la suite de l’article

Article paru aujournal Le Figaro par Caroline BEYER LE 09.11.2017

Droit de l’enfant au Respect à l’École

Pour Valérie Piau, avocate à la Cour de Paris, spécialiste en droit de l’éducation et auteure du Guide Piau, des progrès restent à faire aujourd’hui encore en termes de reconnaissance du droit de l’enfant au respect à l’Ecole, notamment en matière de sanctions et d’orientations scolaires.

Magazine animation et éducation, numéro 259,  août 2017, article  de Marie-France RACHEDI

>> Lire l’article complet

Recalés au bac, ils se retrouvent sans lycée le jour de la rentrée

Thibaud et Gilles ont échoué au bac. Faute de place, ces élèves de terminale STI2D ne peuvent pas redoubler dans leur lycée. Ils sont dans l’attente d’une décision de leur académie.

Alors que 12 millions d’élèves reprennent le chemin des cours ce lundi, Thibaud et Gilles font leur rentrée… à la maison. Ces deux élèves de terminale STI2D du lycée Charles de Gaulle de Poissy (Yvelines) n’ont pas obtenu leur bac en juin dernier. Faute de place dans leur établissement, ils ne peuvent pas se réinscrire en classe de terminale, les lycées donnant en effet la priorité aux élèves de première.

>> Lire la suite <<

Par Jean-Marc De Jaeger • Publié le 04/09/2017 sur http://etudiant.lefigaro.fr

1 3 4 5 6 7 26