Bac 2019 : 5 questions sur le casse-tête de la publication des résultats, alors que des enseignants correcteurs sont en grève

La grève de certains enseignants empêchera-t-elle la publication des résultats du bac 2019, vendredi 5 juillet ? Après s’en être inquiété, le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a finalement annoncé, mercredi, que « tous les élèves auront leurs notes ». En réaction au mouvement de grève des professeurs correcteurs, Jean-Michel Blanquer a annoncé que les notes manquantes seront remplacées par « la note moyenne dans la discipline concernée au cours de l’année ».

Autrement dit, les résultats du contrôle continu de l’élève seront utilisés pour assurer le rendu des notes. Une fois que la « vraie » note obtenue par l’élève lors de l’examen sera connue, la meilleure des deux sera conservée. Cette procédure d’urgence a été mise en place pour que les 740 000 candidats aient leurs résultats vendredi, comme prévu. Jeudi en fin d’après-midi, Jean-Michel Blanquer a indiqué que « 30 000 copies sur 4 millions » étaient concernées.

> Lire la suite de l’article

Par Madame GUERITHAULT,   franceinfo du 04/07/2019

Les professeurs qui retiennent les notes du bac risquent-ils des sanctions?

La publication des résultats du bac, prévue le 5 juillet, sera-t-elle perturbée par la rétention de copies organisée par certains professeurs opposés à la réforme du lycée ?

L’inquiétude monte au ministère de l’Education nationale, qui a repoussé la date de saisie informatique des notes du mardi 2 juillet à ce mercredi 3 juillet en fin de journée, alors que près de 120.000 copies corrigées n’ont toujours pas été rendues par les correcteurs.

De quoi amener Jean-Michel Blanquer à délivrer un avertissement sur l’antenne de RMC-BFM TV, ce matin : « J’ai bien dit aux quelques professeurs qui ont décidé ce jeu-là […] que les sanctions financières seraient très importantes puisque toute personne qui ne rend pas les copies à temps est considérée comme gréviste depuis le jour où on lui a donné les copies. Donc ça peut aller jusqu’à 15 jours de retrait de salaire. Je pense que c’est dissuasif. »

>> Lire l’article sur le site 20minutes.fr

>> Lire l’article au format PDF

20 minutes du 03.07.2019 par Alexis Orsini

Grève pour le climat : le vrai / faux sur tes droits

Le 24 mai, c’est la grève mondiale pour le climat. Mais sais-tu quels sont tes droits et tes obligations vis-à-vis du collège si tu décidais de faire grève ? Réponses avec l’avocate Valérie Piau, spécialiste du droit de l’éducation.

1. J’ai le droit de faire grève. Faux

Le droit de grève est un droit constitutionnel réservé aux travailleurs. Les collégiens ne sont pas des travailleurs, ils n’ont donc pas le droit de grève. Au collège, seuls le personnel et les enseignants ont le droit de faire grève…

>> Lire la suite de l’article

par Alexandra Da Rocha « le Monde des ados »

Une université a-t-elle le droit de changer les modalités d’examen ?

Plusieurs facs, bloquées par les opposants à la loi ORE, ont dû annuler des épreuves dont les modalités sont régies par le code de l’éducation.

Frédérique Vidal l’a affirmé lundi : «Les examens se tiendront, nous le devons aux étudiants», a assuré la ministre de l’Enseignement supérieur condamnant dans le même temps sur Twitter «les blocages conduisant les présidents d’université à reprogrammer certains examens». Des propos de nouveau martelés mardi sur BFM TV et RMC par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Que dit le code de l’éducation ?

Comme le rappelle le code de l’éducation avec l’article L613-1, «les règles communes pour la poursuite des études conduisant à des diplômes nationaux, les conditions d’obtention de ces titres et diplômes, le contrôle de ces conditions et les modalités de protection des titres qu’ils confèrent, sont définis par arrêté du ministre chargé de l’enseignement supérieur […].»
> > Lire la suite

Par Aurore Coulaud – Publié le 16/05/2018

La police peut-elle déloger les bloqueurs des universités ?

Rennes 2, Jean-Jaurès à Toulouse, Tolbiac à Paris… Ce lundi, une dizaine d’universités sont encore bloquées par des étudiants opposés à la sélection à l’université. Mais ont-ils le droit d’occuper des amphithéâtres et d’empêcher d’autres étudiants de se rendre en cours ou en examen? Les forces de l’ordre peuvent-elles entrer dans les établissements? Maître Valérie Piau, avocate experte en droit de l’éducation et auteur du «Guide Piau: les droits des élèves et des parents d’élèves», nous rappelle les règles de droit.

«Les forces de l’ordre peuvent intervenir dans les universités mais seulement à la demande du président d’université et avec l’accord du préfet»

Maître Piau, avocate spécialisée dans le droit de l’éducation

>> La suite de l’article

Le Figaro Étudiant – Par Jean-Marc De Jaeger – Publié le 09/04/18

1 2