Bac 2019 : 5 questions sur le casse-tête de la publication des résultats, alors que des enseignants correcteurs sont en grève

La grève de certains enseignants empêchera-t-elle la publication des résultats du bac 2019, vendredi 5 juillet ? Après s’en être inquiété, le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a finalement annoncé, mercredi, que « tous les élèves auront leurs notes ». En réaction au mouvement de grève des professeurs correcteurs, Jean-Michel Blanquer a annoncé que les notes manquantes seront remplacées par « la note moyenne dans la discipline concernée au cours de l’année ».

Autrement dit, les résultats du contrôle continu de l’élève seront utilisés pour assurer le rendu des notes. Une fois que la « vraie » note obtenue par l’élève lors de l’examen sera connue, la meilleure des deux sera conservée. Cette procédure d’urgence a été mise en place pour que les 740 000 candidats aient leurs résultats vendredi, comme prévu. Jeudi en fin d’après-midi, Jean-Michel Blanquer a indiqué que « 30 000 copies sur 4 millions » étaient concernées.

> Lire la suite de l’article

Par Madame GUERITHAULT,   franceinfo du 04/07/2019

Les professeurs qui retiennent les notes du bac risquent-ils des sanctions?

La publication des résultats du bac, prévue le 5 juillet, sera-t-elle perturbée par la rétention de copies organisée par certains professeurs opposés à la réforme du lycée ?

L’inquiétude monte au ministère de l’Education nationale, qui a repoussé la date de saisie informatique des notes du mardi 2 juillet à ce mercredi 3 juillet en fin de journée, alors que près de 120.000 copies corrigées n’ont toujours pas été rendues par les correcteurs.

De quoi amener Jean-Michel Blanquer à délivrer un avertissement sur l’antenne de RMC-BFM TV, ce matin : « J’ai bien dit aux quelques professeurs qui ont décidé ce jeu-là […] que les sanctions financières seraient très importantes puisque toute personne qui ne rend pas les copies à temps est considérée comme gréviste depuis le jour où on lui a donné les copies. Donc ça peut aller jusqu’à 15 jours de retrait de salaire. Je pense que c’est dissuasif. »

>> Lire l’article sur le site 20minutes.fr

>> Lire l’article au format PDF

20 minutes du 03.07.2019 par Alexis Orsini

Grève pour le climat : le vrai / faux sur tes droits

Le 24 mai, c’est la grève mondiale pour le climat. Mais sais-tu quels sont tes droits et tes obligations vis-à-vis du collège si tu décidais de faire grève ? Réponses avec l’avocate Valérie Piau, spécialiste du droit de l’éducation.

1. J’ai le droit de faire grève. Faux

Le droit de grève est un droit constitutionnel réservé aux travailleurs. Les collégiens ne sont pas des travailleurs, ils n’ont donc pas le droit de grève. Au collège, seuls le personnel et les enseignants ont le droit de faire grève…

>> Lire la suite de l’article

par Alexandra Da Rocha « le Monde des ados »

Mon fils s’est blessé en cours de sport à l’école

Mon fils de 12 ans s’est gravement blessé à l’école pendant le cours de sport. Le professeur d’éducation physique leur faisait faire des exercices de cirque par petits groupes.

Mon fils devait monter sur les épaules d’un camarade et se tenir debout. À ce moment, le professeur se trouvait à l’autre bout de la salle. Une fois debout sur les épaules de son camarade, mon fils a perdu l’équilibre et est tombé sur le dos.

Comme il ne pouvait plus bouger, l’école a appelé le Samu qui l’a emmené à l’hôpital.

Résultat : il a l’épaule en miettes, il est plâtré au niveau du torse et du bras jusqu’au cou et il devra, une fois le plâtre enlevé, faire de la  rééducation pendant de longues semaines. Nous considérons que le professeur a été plus que négligent.

Pouvons-nous mettre en jeu sa responsabilité et comment?

>> Lire la suite de l’article

par Diane De TUGNY le Particulier N°158 juin 2019

Tracts syndicaux à l’école : jusqu’où les enseignants ont-ils le droit d’aller

Une députée a retrouvé un tract syndical contre le projet de loi Blanquer dans les pages du carnet de liaisons de ses enfants et s’en est indignée.

C’est une simple lettre, un banal courrier syndical, qui appelle à la défense « d’une école publique de qualité ». Rien d’exceptionnel jusque-là, sauf qu’elle a été découverte entre les pages du cahier de correspondance de ses filles par la députée LREM de l’Ain Olga Givernet, qui s’en est émue.

Selon elle, cette feuille collée dans ce petit carnet, qui assure la liaison parent-enseignant, « bafoue le devoir de neutralité » que les enseignants doivent appliquer. Le tract en question ne portait aucun logo syndical mais correspond à ceux diffusés auprès des enseignants par l’antenne de l’Ain du SNUipp-FSU, le syndicat majoritaire dans la profession…

>> Lire la suite de l’article

par Zoé Lauwereys, le Parisien le 10 avril 2019.

>> Lire l’article au format PDF

1 2 3 26