Focus : Contester les résultats du bac

1) Droit à la communication des copies

Un candidat mécontent de la note obtenue au baccalauréat ou au brevet des collèges peut faire une réclamation et demander à pouvoir consulter sa copie.

En effet, selon la commission d’accès aux documents administratifs, saisie à plusieurs reprises de cette question par des candidats auxquels avait été refusée la communication de leur copie, les copies d’examen ou de concours entrent dans le champ d’application de la loi du 17 juillet 1978 et sont communicables aux candidats concernés.

Fiche d’évaluation

Lorsque les appréciations ne sont pas portées sur la copie elle-même mais sur un autre document, l’Éducation nationale préconise de les communiquer également au candidat qui en fait la demande, comme le rappelle la note de service n°82-028 du 15 janvier 1982 relative à la communication des copies d’examen et concours aux candidats qui en font la demande.

En réclamant communication de ses copies et fiches individuelles d’évaluation, le candidat peut alors vérifier qu’il n’y a pas eu d’erreur matérielle, comme une erreur de comptage des points ou de transcription de sa note entre sa copie et son relevé de note.

Les modalités pratiques de la communication

La demande de consultation peut être effectuée pendant un délai d’un an à compter de la publication des résultats. Passé ce délai, les copies sont détruites.

Pour le baccalauréat, le centre d’examen permet aux candidats de consulter leurs copies pendant un délai de deux jours à compter de la publication des résultats. Après ce délai, les demandes de consultation se font par écrit.

Le cas des épreuves anticipées

Les copies et fiches individuelles d’évaluation des épreuves anticipées des baccalauréats général et technologique sont communiquées sans attendre la décision finale du jury intervenant à l’issue des épreuves terminales.

2) Un jury souverain

Le candidat ne peut pas exiger une seconde correction de sa copie, même si la note obtenue à l’examen est très différente de celles obtenues lors de sa scolarité. Le jury d’examen n’a pas à justifier sa décision car il est souverain.

En effet, le Code de l’éducation instaure, selon ses articles D 334-20, D 336-19, D 336-37, D 336-45 et D 337-88, le principe de la souveraineté du jury. Le recteur et les chefs de centres opposent donc une fin de non-recevoir à toute contestation contre les décisions de jury.

En conséquence, aucune suite ne peut être donnée aux requêtes des candidats qui, éventuellement après consultation d’un enseignant, demanderaient une nouvelle correction.

3) Les réclamations possibles

Les candidats ne peuvent pas tout contester. Seules certaines contestations sont fondées alors que d’autres sont vouées à l’échec.

Contestation des conditions de déroulement d’une épreuve.

Ces contestations peuvent concerner tant les conditions matérielles de déroulement de l’épreuve (temps de préparation insuffisant, etc.) que l’attitude de l’examinateur.

Le recteur ou, sur délégation de celui-ci, le chef de centre, diligente une enquête. Lorsqu’un examinateur est mis en cause à cette occasion, il peut être amené à justifier sa position par écrit. Au vu des résultats de l’enquête, le recteur ou, sur délégation de celui-ci, le chef de centre, tire toutes les conséquences qui s’imposent.

Rectification des erreurs matérielles

Le recteur peut corriger, à tout moment, une erreur matérielle commise au détriment du candidat comme par exemple une erreur de transcription de note (par exemple 8 au lieu de 10).

4) Les modalités de recours

Il existe différentes voies de recours pour contester les résultats d’un examen.

Le recours gracieux

Si un candidat considère que la décision du jury est irrégulière, il peut formuler par courrier et dans un délai de deux mois un recours gracieux auprès du directeur de la maison des examens du Service Inter académique des Examens et Concours (SIEC). Ce recours auprès du SIEC est simple et gratuit.

@ Pour en savoir plus :  www.siec.education.fr.

Le recours contentieux

En cas d’échec du recours gracieux auprès du SIEC le candidat peut ensuite former un recours contentieux devant le tribunal administratif compétent, dans un délai de deux mois. Cependant, le juge se refuse à émettre un avis sur l’évaluation et la notation du candidat en vertu du principe de souveraineté du jury.

Le recours au médiateur

Le médiateur de l’Éducation nationale est chargé d’aider à résoudre les différends entre les usagers de l’Éducation nationale et l’administration. Avant de vous adresser au médiateur, vous devez avoir effectué un recours auprès du SIEC. Il est possible de saisir le médiateur par simple courriel (mediateur@education.gouv.fr) accompagné d’une photocopie du relevé des notes et des pièces justificatives

5) Cas pratiques : comment faire valoir vos droits en cas de contestation de notes obtenues à un examen ?

1er cas : contestation de la note obtenue à l’épreuve écrite (problème de report)

Paul estime que sa note écrite de mathématique au baccalauréat est trop basse par rapport à son niveau et souhaite vérifier qu’il n’y a pas eu d’erreur. Pour vérifier sa note d’écrit, Paul doit demander la photocopie de sa copie.

Les candidats aux épreuves terminales du baccalauréat, ont la possibilité de consulter leur copie dans le centre de délibération où ils doivent récupérer leur relevé de notes, dans les deux jours suivants la publication des résultats.

Si Paul ou si les services du SIEC constatent qu’il y a eu une erreur matérielle de report de note entre la copie et le relevé de note, l’erreur sera corrigée. Le résultat est alors modifié sans nouvelle décision du jury.

2ème cas : contestation de la note obtenue à l’épreuve écrite (problème de notation)

Samia souhaite obtenir une deuxième correction de sa copie d’anglais car elle estime que sa note est trop basse par rapport à son niveau habituel.

La double correction n’existe pas dans la réglementation du baccalauréat. Il n’est donc pas possible de demander une nouvelle correction de sa copie, même si Samia estime que sa note ne correspond pas à son niveau habituel.

3ème cas : contestation de la note obtenue à l’épreuve orale et pratique 

Djamila estime que sa note orale d’allemand est trop basse par rapport à son niveau habituel et souhaite vérifier qu’il n’y a pas eu d’erreur de report de note entre le bordereau d’oral et le relevé de note.

Djamila peut demander la photocopie des bordereaux d’oraux et des grilles d’évaluation pour les épreuves pratiques via le formulaire de demande de photocopie de copie, auprès du SIEC.

4ème cas : contestation de la note obtenue à l’épreuve d’orale de français

Léo estime que le jury a été trop sévère.

Cependant, le jury est souverain et il n’est pas possible de contester sa note.

Seules les irrégularités relevant d’erreurs de droit ou matérielles peuvent être rectifiées. Ainsi, seules les erreurs de dénombrement de points sur une copie ou les erreurs de report de notes peuvent être corrigées.

5ème cas : contestation de la note obtenue à l’épreuve d’orale (dénonciation d’une discrimination)

Mohamed estime avoir été victime de discrimination (religieuse, ethnique, etc.) lors de son épreuve orale d’anglais.

Mohamed peut envoyer un recours gracieux auprès du directeur de la Maison des Examens et éventuellement saisir le défenseur des droits qui peut intervenir si une discrimination a été commise.

Harcèlement scolaire : en 2019, on meurt encore d’être un élève isolé et moqué

À l’âge de l’insouciance et de tous les possibles, Evaëlle, 11 ans, a préféré mourir. Pour échapper à des harceleurs, un groupe d’élèves de sa classe. Il est temps de dire stop à ce phénomène.

Le 21 juin, à trois semaines des grandes vacances, une adolescente de 11 ans, harcelée depuis des mois dans son établissement d’Herblay (Val-d’Oise), s’est donné la mort chez elle. Et c’est comme si l’histoire, insoutenable, se répétait. Il y a six ans, c’est Marion Fraisse, 13 ans, qui se pendait dans sa chambre en laissant une lettre racontant son calvaire au collège de Briis-sous-Forges (Essonne).

Récemment, il y a eu aussi le suicide de Thybault, 12 ans, chez lui à Saintry-sur-Seine (Essonne), le 20 novembre 2018. Harcelé. Et cette autre enfant de 11 ans, à Angers, qui s’est jetée par la fenêtre du deuxième étage de l’appartement familial, le 13 juin. Blessée après son geste, elle a été transférée à l’hôpital…

>> Lire la suite de l’article sur le site leparisien.fr

>> Lire la suite de l’article au format PDF

Le Parisien en date du  02.07.2019 par Christel Brigaudeau

Focus : Orientation dans les établissements français à l’étranger

1) Orientation en maternelle et élémentaire

Dans les écoles maternelles et élémentaires, par dérogation aux dispositions de l’article D 321-3 du Code de l’éducation, lorsque les parents contestent la proposition d’orientation, leur recours motivé est formé devant une commission constituée par le chef de poste diplomatique, présidée par celui- ci ou par une personne désignée par lui, et composée du chef d’établissement, d’un représentant des enseignants exerçant au niveau scolaire considéré et d’un représentant des parents d’élèves désigné sur proposition des associations de parents. La commission statue définitivement, selon l’article R. 451-4 du Code de l’éducation.

2) Orientation dans le secondaire

Dans le secondaire, le conseil de classe formule des propositions d’orientation ou de redoublement dans le cadre des voies d’orientation défi nies à l’article D. 331-36 du Code de l’éducation.

Lorsque les propositions du conseil de classe ne sont pas conformes aux demandes de la famille, le  chef d’établissement a l’obligation de recevoir l’élève et ses parents ou l’élève majeur afin de les informer des propositions du conseil de classe et de recueillir leurs observations. Le  chef d’établissement prend ensuite les décisions d’orientation ou de redoublement, selon l’article R. 451-6 du Code de l’éducation.

Les décisions d’orientation du chef d’établissement non conformes aux demandes de la famille doivent être motivées. Elles sont adressées aux parents de l’élève ou à l’élève majeur qui font savoir au chef d’établissement s’ils acceptent les décisions ou s’ils en font appel, dans un délai de huit jours à compter de la réception de la notification de ces décisions, selon l’article R. 451-7 du Code de l’éducation.

Par dérogation à l’article D. 331-35, la commission d’appel est constituée par le chef de poste diplomatique, présidée par celui- ci ou par une personne désignée par lui, et composée d’un ou plusieurs chefs d’établissement, de deux enseignants et de deux parents d’élèves désignés sur proposition des associations de parents.

3) Annulation des décisions d’orientation et de redoublement illégales par les tribunaux

Maitre PIAU est compétente pour vous aider à contester l’orientation de votre enfant dans un établissement français à l’étranger à l’école, au collège, et au lycée.

Concernant les établissements en gestion directe de l’AEFE, les tribunaux administratifs sont compétents pour prononcer l’annulation d’une décision d’orientation ou de redoublement illégale. Ainsi, selon la jurisprudence, dans certains cas, les parents peuvent obtenir gain de cause et obtenir le passage de leur enfant en cas d’annulation de l’orientation illégale comme le montre la décision de justice rendue dans le cadre de la procédure engagée par Maître Piau .

>> Consulter la décision de justice annulant l’orientation de l’élève et ordonnant son passage

Grève pour le climat : le vrai / faux sur tes droits

Le 24 mai, c’est la grève mondiale pour le climat. Mais sais-tu quels sont tes droits et tes obligations vis-à-vis du collège si tu décidais de faire grève ? Réponses avec l’avocate Valérie Piau, spécialiste du droit de l’éducation.

1. J’ai le droit de faire grève. Faux

Le droit de grève est un droit constitutionnel réservé aux travailleurs. Les collégiens ne sont pas des travailleurs, ils n’ont donc pas le droit de grève. Au collège, seuls le personnel et les enseignants ont le droit de faire grève…

>> Lire la suite de l’article

par Alexandra Da Rocha « le Monde des ados »

Mon fils s’est blessé en cours de sport à l’école

Mon fils de 12 ans s’est gravement blessé à l’école pendant le cours de sport. Le professeur d’éducation physique leur faisait faire des exercices de cirque par petits groupes.

Mon fils devait monter sur les épaules d’un camarade et se tenir debout. À ce moment, le professeur se trouvait à l’autre bout de la salle. Une fois debout sur les épaules de son camarade, mon fils a perdu l’équilibre et est tombé sur le dos.

Comme il ne pouvait plus bouger, l’école a appelé le Samu qui l’a emmené à l’hôpital.

Résultat : il a l’épaule en miettes, il est plâtré au niveau du torse et du bras jusqu’au cou et il devra, une fois le plâtre enlevé, faire de la  rééducation pendant de longues semaines. Nous considérons que le professeur a été plus que négligent.

Pouvons-nous mettre en jeu sa responsabilité et comment?

>> Lire la suite de l’article

par Diane De TUGNY le Particulier N°158 juin 2019

1 2 3 4 5 6 40